Wednesday, 5 September 2018

Bientôt une antenne rfi à Lagos ?


Les gouvernements français et nigérian sont en discussion afin de trouver un accord pour l’installation d’une antenne de la Radio France Internationale (rfi) à Lagos. L'information a été donnée hier par le directeur du centre linguistique français, Alliance Française de l'Etat de Lagos, Charles Courdent. Il a fait cette déclaration lors de son allocution au programme de la journée du cercle français à l'Université de Lagos. Selon lui, ce désir de la France avait été freiné par la loi nigériane qui empêche les diffusions dans des langues étrangères. Par contre, avec le renouvellement des relations entre les deux pays, surtout entre Paris et Lagos, et avec la récente visite du président français Emmanuel Macron au Nigeria, il est évident qu’un tel projet trouve place au cœur des leaders du pays le plus peuplé d’Afrique de l’ouest.
Ayant pour thème : le rôle du français dans le Nigeria contemporain, la journée du cercle français organisée par les étudiants du français du Département des langues européennes et des études d’intégration a également connu la présence d’autres dignitaires à savoir : le directeur du village français du Nigeria, Raufu Adebisi, le chef du département Greg. Osas Simire et les une délégation du club rfi Lagos.
Dans son allocution, le président du Cercle Français, Unilag, Samuel Mawubayi Iroko, a remercié tous les participants et a promis que le cercle fera plus d’efforts pour plus d’activités visant la promotion du français au Nigeria.



Tuesday, 29 May 2018

Muhammadu Buhari promet de réduire la limite d'âge pour les postes politiques


Le président Muhammadu Buhari a annoncé aujourd'hui qu'il va approuver dans les prochains jours une nouvelle loi visant à réduire la limite d'âge pour les postes politiques, ce qui permettra  aux jeunes candidats de postuler lors des élections générales de l'année prochaine. Le chef de l'Etat a fait la déclaration ce mardi dans son message à la nation pour marquer la célébration de la journée de la démocratie.
Le projet de loi qui a été adopté par le Sénat et la Chambre des représentants l'année dernière et plus tard  et reçu l'approbation constitutionnelle requise attend la décision du chef de l'Etat. Le projet réduit l'âge minimum pour les candidats à la présidence de 40 à 35 ans, celui des gouverneurs des États et des sénateurs de 35 à 30 ans alors que l'âge minimum pour être membre de l'Assemblée nationale et étatique sera désormais de 25 ans.
Le président Muhammadu Buhari également réaffirmé son  désir dans la lutte contre la corruption qui selon lui est l’objectif principal de son administration.  Bien que le président soit critiqué  d’avoir largement visé  le principal parti de l’opposition, PDP,  dans sa lutte contre la corruption, Buhari  a déclaré que "les Nigérians et la communauté internationale ont commencé par apprécier sa politique et sa détermination à combattre la corruption".
Il a ajouté que diverses mesures politiques mises en place pour endiguer le flot des pratiques de corruption produisent des résultats remarquables. Parmi ces dernières figurent le compte unique du Trésor (TSA) et le programme de dénonciation qui ont aidé à la récupération des milliards de naira dans le trésor national.

Monday, 28 May 2018

Abuja : Des émotions librement trahies alors que les Nigérians commémorent les victimes de meurtres violents dans le pays.


Des centaines de Nigérians se sont rassemblés ce lundi à Abuja où ils ont commémoré les victimes de divers massacres violents à travers le pays. Vêtus de T-shirts noirs avec l'inscription #OneDeathTooMany, les sympathisants ont tenu des fleurs en signe d'honneur aux défunts. Des membres de groupes de la société civile, des militants des droits de l'homme et des membres des familles des victimes étaient présents pour se souvenir de ceux qui ont perdu la vie dans des exécutions extrajudiciaires, des massacres des bergers peulhs, des kidnappeurs et des attaques à main armée.
Selon l’organisateur de la cérémonie et ancien président de la Commission nationale des droits de l'homme (NHRC), l'essentiel de l'événement est de faire preuve de solidarité et de consoler les communautés en deuil à travers le pays.
L'ancien ministre de l'Éducation, Oby Ezekwezili, et le musicien de renom, Innocent Idibia, populairement connu sous le nom de 2baba, se sont joints à la procession pour déposer des couronnes en guise de marque d'honneur.
La semaine dernière, l’ONG Global Rights avait déclaré le 28 mai, 2018 journée de deuil national et a ordonné  que tous les Nigérians portent en ce jour des  brassards ou des rubans noirs comme symbole de solidarité. Elle a également appelé les entreprises et organismes gouvernementaux à mettre en berne leurs drapeaux.


http://saharareporters.com/2018/05/28/emotions-freely-betrayed-abuja-nigerians-mourn-victims-violent-killings

13 groupes sécessionnistes jurent de célébrer le 51e anniversaire du Biafra malgré la présence militaire dans le Sud-Est


Le Mouvement pour l'Actualisation de l'Etat Souverain du Biafra (MASSOB) et d'autres groupes pro-Biafra ont promis de célébrer le 51ème anniversaire de la République du Biafra demain mercredi malgré la présence d'agents de sécurité dans la  region du  Sud-Est du pays. Selon des représentants de ces groupes, la fête commence ce mardi avec un défilé aux chandelles.
 Le Conseil Central du Biafra (BCC) et le Conseil de Libération du Biafra Uni (BULCO) ont insisté sur un anniversaire où les membres et les peuples du Biafra s'interfaceront et réfléchiront sobrement aux vraies questions concernant l'émancipation du Biafra.
Il est à noter que les appels à la reconnaissance du Biafra en tant qu'Etat souverain par le gouvernement fédéral semblent reprendre leur élan de nouveau. L'année dernière des manifestations empêchées par une répression de l'armée dans la région du Sud-Est a conduit à la disparition soudaine de Nnamdi Kanu, leader des Peuples Indépendantistes  du Biafra (IPOB ).


http://saharareporters.com/2018/05/28/13-secessionist-groups-vow-celebrate-biafra%E2%80%99s-51st-anniversary-despite-military-presence

Sunday, 27 May 2018

Enterrement de Musa Asake : la famille rejette l’offre de l’Association Nigériane des Chrétiens


Une nouvelle crise se donne naissance au sein de l'Association des Chreitiens du Nigeria (CAN).
La famille de l’ex- secrétaire général de l'Association, le révérend Musa Asake, a rejeté ce weekend l'offre  de l’Association  visant à aider à l'enterrement de ce dernier. Musa Asake est décédé le 11 mai dernier  et serait enterré le 8 juin prochain à Ungar Rimi, Kafanchan, dans l’État de Kaduna. Le refus par la famille du Feu Asake intervient à peine une semaine après que le Forum des aînés chrétiens du Nigeria (NCEF) ait fait état de plusieurs allégations contre le leadership de CAN, notamment la visite à la présidence où l’Association aurait accepté l’Association aurait accepté une somme de 25 millions de naira comme frais de transport. 
De son coté,  le leadership de CAN a nié toutes les allégations,  et promet de poursuivre son projet de faire partie de l’organisation de l'enterrement afin de rendre un dernier hommage  à l’ex-secrétaire de l’Association qui est mort alors qu’il était encore à son service. 


source: https://www.vanguardngr.com/2018/05/996192/

Journée internationale de l’enfant : Buhari appelle à la sécurité des enfants.



                       

Le président Muhammadu Buhari appelle  les agences de sécurité, les familles, les chefs traditionnels et religieux à se lever et à prendre des mesures décisives pour endiguer les cas de violence croissante contre les enfants dans le pays. Le chef de l’Etat a fait  cet appel dans son message pour marquer la Journée nationale de l'enfance de cette année, à Abuja, la capitale. Il a noté que le thème de la célébration de cette année, «Créer des espaces sûrs pour les enfants: notre responsabilité collective», était une occasion de promouvoir la sécurité et la sûreté des enfants.
Il a déclaré que toutes les parties prenantes, y compris les organisations de la société civile, les défenseurs des droits de l'homme et la société dans son ensemble, devaient assurer la sécurité des enfants dans les maisons, les écoles, les marchés et les lieux de culte. Selon lui, l'événement de cette année lui offre une nouvelle occasion de réaffirmer l'engagement de son administration à la protection des enfants et à fournir à ces derniers une éducation de qualité en tant que fondement fondamental du développement économique et social.



 A la photo..le vice president du Nigeria, Prof, Yemi Osinbanjo et des enfants 

Elections 2018: Jonathan met en garde Buhari contre la subversion de la volonté du peuple d'Ekiti


L’ex-président Goodluck Jonathan met en garde le président Muhammadu Buhari contre le déploiement de la puissance fédérale pour subvertir la volonté du peuple de l’Etat d’Ekiti lors des élections au poste du gouverneur du 14 juillet prochain en faveur de son parti, le  All Progressive Congress (APC). Jonathan a déclaré que la volonté du peuple doit être maintenue à tout moment, car le pouvoir leur appartient et que les leaders doivent respecter leur verdict à travers les bulletins de vote », a-t-il conseillé.  L’ex-président a enfin demandé à son successeur d'arrêter de qualifier de paresseux les jeunes Nigérians, et de cesser de présenter le Nigeria comme l’exemple d’une nation échouée sur la scène internationale.
S'exprimant lors de l'inauguration ce weekend d’un pont construit par le gouverneur de l’Etat d’Ekiti Ayodele Fayose à Ado Ekiti, Goodluck Jonathan a décrit ce dernier comme un leader exemplaire et un homme loyal, qui a rendu son parti fier de toutes les facettes.



Source:

Thursday, 24 May 2018

Buhari limoge Mike Okiro du poste du président de la commission du service de la police nationale.


Le président Muhammadu Buhari a démis de ses fonctions l'ancien inspecteur général de la police, Mike Okiro, en tant que président de la Commission du service de police (PSC). Des raisons, il est accusé de nombreux recrutements, scandales financiers et de promotion pendant son mandat à la tête de la commission.

Okiro a été remplacé par un autre ancien inspecteur général de la police, Musiliu Smith. Dans une lettre envoyée au Sénat, le chef de l’Etat a demandé que soit confirmée la nommination de M. Smith. Muhammadu Buhari a également annoncé la nomination de cinq autres personnes en tant que membres du PSC.
Okiro a été nommé à ce poste par l'ancien président, Goodluck Jonathan, et dirigeait la commission depuis 2013. 


http://saharareporters.com/2018/05/24/buhari-removes-mike-okiro-chairman-police-service-commission

La Cour annule la suspension du deputé Abdulmumin Jibrin, ordonne le paiement de ses salaires.


La Haute Cour fédérale d'Abuja vient de renversé la suspension du député représentant la circonscription de Bebeji / Kiru de l'État de Kano, Abdulmumin Jibrin. Ce dernier a été suspendu pour 180 jours législatifs (soit une année) après avoir accusé Yakubu Dogara, le Président de la chambre, et d'autres dirigeants principaux d'avoir tenté d'inclure des projets nuls valant 30 milliards de naira dans le budget de cette année.
Juste avant sa suspension, le législateur était président du comité du controle des affaires budgetaires de la chambre basse. Il a été rappelé en mars dernier après avoir servi plus longtemps que la durée de la suspension - mais c'était après qu'il avait déposé une plainte demandant au tribunal de déclarer sa suspension inconstitutionnelle.
La demande lui a finalement été accordée jeudi 24 mai, 2018 par le président du tribunal, John Tsoho, qui a également ordonné  à la chambre de lui payer tous les arriérés salariales pour la période de sa suspension.
Selon la cour, Jibrin remplissait seulement son mandat légal en tant que membre de la chambre basse législative et ainsi, la suspension était injustifiée.


Pour plus d'infos.....



http://saharareporters.com/2018/05/24/after-20-months-court-voids-jibrin%E2%80%99s-suspension-orders-repayment-his-salaries

En échange de nourriture, des femmes victimes de Boko Haram violées par des soldats nigerians- Amnesty International

L'ONG Amnesty International accuse l’armée nigériane et la milice engagée à ses côtés contre Boko Haram de violences sexuelles contre des femmes victimes de l'insurrection en échange de nourriture. Dans un document accablant publié ce jeudi, l’ONG accuse les deux groupes d’avoir « séparé les femmes de leur époux », et de les avoir « enfermées dans des camps annexes isolés ». Elles y seraient violées depuis 2015, année où les autorités ont repris le contrôle de territoires occupés par les rebelles.
Selon le rapport, alors que des milliers d’autres seraient mortes de faim dans les camps du nord-est du pays, où sévit le groupe djihadiste Boko Haram, d’autres femmes ont raconté qu’elles avaient été contraintes de devenir les « compagnes » de membres des forces de sécurité « pour ne pas mourir de faim ».
Selon Amnesty International, ces témoignages démontrent l’existence d’un système d’exploitation sexuelle parfaitement organisé. Amnesty International s’est également indignée de « l’impunité » qui règne pour les coupables de ces crimes, alors même qu’une commission présidentielle avait été créée en août 2017 pour enquêter sur les abus de l’armée. « Personne ne semble avoir été traduit en justice, dénonce l’ONG. On ne sait toujours pas si des enquêtes ont réellement eu lieu, car aucune conclusion n’a été rendue publique.

https://www.vanguardngr.com/2018/05/starving-women-raped-soldiers-civilian-jtf-idp-camps-amnesty-international/


https://www.20minutes.fr/monde/2276771-20180524-nigeria-victimes-boko-haram-violees-soldats-echange-nourriture?xtor=RSS-176


Une affaire de 16 milliards de naira gaspillés entre 1999 et 2007 relance l’opposition entre Buhari et Obasanjo

L'ancien Président, Olusegun Obasanjo, se dit  prêt pour une enquête sur le projet d'électricité de 16 milliards de dollars dans le pays. L’information a été révélée par son chargé de communication, Kehinde Akinyemi, suite aux remarques du Président Muhammadu Buhari mardi dernier sur le projet d'électricité de près de 16 milliards de dollars entre 1999 et 2007 sans résultat significatif.
Dans l’espoir de mettre cette affaire au clair, l'ex-chef de l'Etat conteste, et encourage en fait, quiconque de mettre en place une autre enquête en cas de doute et insatisfait du rapport de la Commission des crimes financiers (EFCC) ».
Enfin au-delà de cette affaire, l’enjeu des élections générales de 2019 est encore relancé entre les deux hommes. Il apparait que l'ancien Président Obasanjo semble avoir tracé une ligne de démarcation entre lui et Buhari, avec une forte campagne pour faire échec à l’idée d’un second mandat de Buhari.

Pour plus de details...
http://koaci.com/nigeria-lopposition-entre-obasanjo-buhari-relancee-affaire-milliards-gaspilles-120035.html

Wednesday, 23 May 2018

Invasion de leur communauté par la police: Les Habitants de Makoko manifestent


Des centaines d'habitants de la communauté de Makoko ont manifesté hier devant le siège du gouverneur de l'Etat de Lagos pour  protester contre l'invasion de leur communauté par des agents de la police  et des membres de la force opérationnelle de l'Etat. L'invasion, qui a eu lieu le 10 mai 2018, a entraîné la mort de quatre membres de la communauté alors que  plusieurs autres ont été blessés et hospitalisés.
Selon les manifestants, l'invasion a été menée par une division de la police dirigée par Seun Ijaya et Jide Bakare, deux agents du commissariat de la police de Panti, situé à Adekunle.
Des raisons de cette invasion, il a été établi que certains accapareurs de terres, qui fonctionnent avec le soutien du gouvernement de l'État de Lagos, se sont intéressés à s'approprier certaines parties de la communauté. Les résidents, sous l'égide du Mouvement de l'Alliance Nationale des Ilaje (INAMO), ont exhorté le gouverneur de l'Etat, Akinwunmi  Ambode, à veiller à ce que justice soit faite en amenant les personnes impliquées dans l'invasion à répondre de  leurs devant la justice. Les manifestants ont  annoncé avoir rejeté le comité d'enquête mis en place par la police qui veut être juge dans une affaire dans laquelle elle est impliquée.

Source principale...
http://saharareporters.com/2018/05/23/200-makoko-residents-take-anti-police-protest-ambodes-doorstep